Gianluca Briguglia, Le pouvoir mis à la question


Gianluca Briguglia, Le pouvoir mis à la question. Théologiens et théorie politique à l’époque du conflit entre Boniface VIII et Philippe le Bel, Paris: Les Belles Lettres 2016


À partir d’une étude des principales questions disputées dans les innombrables traités – politiques et théologiques – qui ont fleuri à l’époque de la querelle entre le pape Boniface VIII et le roi Philippe le Bel, Gianluca Briguglia interroge le rapport entre théologie et théorie politique et relève l’émergence, au sein de ces débats, des catégories fondatrices de la pensée politique moderne.
S’appuyant sur les textes de Godefroid de Fontaine, de Jacques de Viterbe, de Jean de Paris et de Gilles de Rome, l’auteur s’emploie à cerner les enjeux théoriques et pratiques des thèmes débattus par ces éminents théologiens.
Le champ d’investigation s’ouvre sur des thèmes plus proprement philosophiques et à caractère social et politique : la notion de signe, de contrat, de pacte, de propriété, de sociabilité humaine. Finalement, les théologiens en viennent à questionner les fondements du pouvoir.
 Cette plongée au cœur des questions disputées offre au lecteur la possibilité d’accéder à des textes majeurs du Moyen Âge, non traduits en français, et d’appréhender la complexité des liens entre théologie, philosophie et politique.
Table des matières

INTRODUCTION
1. Signes, instruments, pouvoirs
2. Rois, papes et intellectuels
I. INQUIRERE VERITATEM. LES PROLOGUES POLITIQUES DE JEAN DE PARIS, GILLES DE ROME ET JACQUES DE VITERBE
Notitia veritatis. Connaître la vérité
« Je crois que la recherche de la vérité n’est pas critiquable, puisque l’ignorance est dangereuse et que, dans certains cas, nous n’avons aucune certitude » : Jacques de Viterbe, Gilles de Rome, Jean de Paris et la recherche de la vérité.
II. « CORPUS ». CORPS DU CHRIST ET THÉORIE POLITIQUE
Quelques implications philosophiques du débat sur l’eucharistie. Corps, matière, substance
La Determinatio de Jean de Paris
Gilles de Rome et Jean de Paris face au corps du Christ. Sacrement et théorie politique
III. L’INSTITUTION DU POUVOIR
Les deux natures du Christ et le pouvoir de Pierre et de son successeur. Jacques de Viterbe et Jean Quidort de Paris
« Nutus est signum voluntatis. » Le problème de la fondation
IV. GÉNÉRER ET RÉGÉNÉRER LE POUVOIR. LA CAUSALITÉ POLITIQUE CHEZ GILLES DE ROME
« Communicacio ». Le naturalisme politique comme agir communicationnel
Adam. Le péché originel
Générativité
Le baptême et le pacte
Le pape et le pouvoir constituantConclusions. Les théologiens et la politique
Notes
Index des noms
Bibliographie